Cholesterol et sport : Quels liens et impacts sur notre santé ?

Publié par Vincent Pecou le

Cholestérol et sport : Quels liens et impacts sur notre santé ?

Cholestérol et sport : Quels liens et impacts sur notre santé ?

Cholestérol et sport : Quels liens et impacts sur notre santé ?

Introduction

   Le cholestérol a mauvaise réputation auprès de la population générale. Est-il un ennemi ou un ami pour la santé ? Quel est le lien entre le sport et le cholestérol pour notre santé ? Dans cet article il sera explicité ce qu’est cette molécule, comment a lieu sa formation, son intérêt et son rôle dans le corps humain.Tout ceci dans l’objectif de faire tomber les mythes, croyances et préjugés concernant le cholestérol.

Qu’est-ce que le cholestérol ?

   Le cholestérol est une molécule de la famille des lipides, composée de trois atomes : carbone, hydrogène et oxygène. 

Cholesterol molécule

   C’est une molécule complexe qui est constituée de trois cycles hexagonaux et un cycle pentagonal. De plus, elle présente un groupe alcool (OH), deux groupes méthyls (CH3) et une chaîne ramifiée. Quatre grandes étapes sont nécessaires pour synthétiser du cholestérol à partir de l’acétyl-CoA. Sa formation nécessite de l’énergie et permet entre autre la formation de corps cétoniques. 

Ce sont des substrats énergétiques essentiellement utilisés par le cerveau qui entreront dans le cycle de Krebs en cas de jeûne ou de consommation d’alcool. 

Quel est le rôle du cholestérol sur notre santé ?

rôle cholestérol gaine de myéline

   Le cholestérol est indispensable au corps humain. En effet, il joue un rôle primordial dans la vie cellulaire et dans les membranes cellulaires. Les cellules sont composées de membranes qui les entourent protégeant les organites présents à l’intérieur et permettent d’échanger sélectivement avec l’espace extracellulaire. De plus, il est aussi responsable de la fluidité des membranes créant un équilibre complexe entre souplesse et rigidité.

Son rôle ne s’arrête pas là puisque le cerveau le capte. Il est impliqué dans la plasticité neuronale et la gaine de myéline. La plasticité neuronale est la capacité du cerveau à se réorganiser et à créer des neurones. La gaine de myéline est une substance qui recouvre les nerfs accélérant l’influx nerveux pour une meilleure propagation. Enfin, il intervient dans différentes hormones essentielles, nous y reviendrons. 

Ainsi le cholestérol n’est pas un ennemi de la santé, mais essentiel pour garantir le bon fonctionnement du corps. 

Quels sont les dérivés du cholestérol ?

   La vitamine D3 est un précurseur du cholestérol suite à des actions UV du soleil. C’est une vitamine qui permet la fixation du calcium sur les os évitant ainsi l’ostéomacie, maladie des os mous. De plus, la D3 est un facteur de transcription qui est une étape importante dans le renouvellement cellulaire. 

Ensuite, il y a la vit A, elle est indispensable pour le corps et la stocke dans le foie et qui provient uniquement de l’alimentation riche en carotènes (carottes, tomates etc…). A travers ces trois formes, elle assure des rôles essentiels. Le rétinol est un antioxydant et le rétinal est un photorécepteur. Enfin l’acide rétinoïde (troisième forme de la vitamine A) est impliqué dans la transcription et la différenciation cellulaire.

De plus, le tocophérol ou vitamine E se retrouve dans les huiles végétales, dans les fruits et légumes est un antioxydant. Elle agit comme protecteur contre la peroxydation lipidique qui est la destruction des lipides (acides gras) essentiels au corps. 

Pour finir, la vitamine K est également un dérivé du cholestérol d’origine exogène (apporté par l’alimentation) comme le foie, le jaune d’œuf, des farines de poissons. C’est une vitamine indispensable à la synthèse de facteurs de coagulation (réduction des saignements). 

Que devient le cholestérol ?

   Par différentes oxydations successives, le cholestérol est transformé en progestérone. A partir de la progestérone, trois type d’hormones sont obtenues : les glucocorticoïdes (cortisol et cortisone), les minéralocorticoïdes (rétention sodée via aldostérone) ; et les androgènes (œstrogène, hormone féminine). De plus, la testostérone provient du cholestérol et l’œstradiol de la testostérone.  

Ainsi, le cholestérol par ses nombreux dérivés (liste ci-dessus non exhaustive) est essentiel pour l’Homme. Ce n’est en rien un ennemi de la santé à combattre via le bannissement des lipides de l’alimentation. Toutefois, réside l’idée que le cholestérol est mauvais pour la santé, voyons pourquoi.

Un bon et un mauvais cholestérol ?

Transporteurs LDL et HDL

   Comme vous venez de le lire, le cholestérol n’est pas un ennemi pour notre santé. Cette idée de « bon  et mauvais cholestérol » est un abus de langage couplé à une méconnaissance profonde du sujet. Le cholestérol est une molécule synthétisée dans le foie qui possède des transporteurs, tout comme une personnalité a un chauffeur privé. Ici sera seulement détaillée l’action de deux transporteurs : LDL et HDL. Ces acronymes signifient low density lipoprotein et high density lipoprotein pour lipoprotéines de faibles et grandes densités. C’est un de ces transporteurs qui est responsable de la mauvaise réputation du cholestérol.

Un problème de transporteur

   LDL et HDL sont des transporteurs de type lipoprotéine. Ce sont des molécules résultant d’un couplage entre une protéine et des unités lipidiques. La partie protéique de chaque lipoprotéine ce nomme apoprotéine et permet la prise en charge d’une molécule jusqu’à un site cible.

En effet, les transports de molécules se font à travers le sang, or c’est un milieu aqueux. Or certaines lipides comme le cholestérol sont hydrophobes. Par conséquent, il est nécessaire d’avoir un transporteur qui est hydrophile : d’où les apoprotéines. Les LDL et HDL ont respectivement pour apoprotéines B-100 et A-I en majorité.

Le rôle du LDL

Le rôle du cholestérol LDL

  LDL est le principal transporteur du cholestérol (38% des lipoprotéines du plasma). B-100 est synthétisé dans le foie et par association avec des unités lipidiques, va former LDL. Ensuite B-100 va reconnaître et fixer le cholestérol hépatique. Le couple transporté/transporteur va naviguer dans le plasma jusqu’à ce que B-100 reconnaisse les tissus ayant des récepteurs propres à LDL afin de se fixer dessus. A la suite de quoi LDL va libérer la molécule qu’elle transportait, à savoir le cholestérol.

D’après Ilingworth et al., toutes les cellules possèdent des récepteurs LDL. Par conséquent, le cholestérol peut être déposé dans les « hépatocytes, leucocytes mononucléaire, dans les cellules des tissus produisant des hormones stéroïdes ». D’autre part, HDL ne représente que 33% des lipoprotéines du plasma. A-I est synthétisé dans le foie et dans les muqueuses des cellules intestinales. Comme son homologue, HDL va capter le cholestérol, mais celui qui est présent dans le plasma.

Sous l’action d’une enzyme, LCAT, HDL va subir des modifications (estérifications). A la suite de quoi, HDL sous sa nouvelle forme (HDL3) va pouvoir capter plus de cholestérol et revenir dans le foie. Ainsi, le problème n’est pas le cholestérol lui-même, mais le pourcentage de LDL et HDL dans le plasma. Voyons désormais les conséquences concrètes.

Quelles sont les conséquences de l’action de ces transporteurs ?

   LDL va transporter le cholestérol dans différents tissus où il sera stocké. Comme étant solide à 37°C et se présentant sous forme d’aiguilles blanchâtres, il peut entraîner des inflammations. En effet, des inflammations endothéliales sont à craindre. D’autre part, HDL transporte le cholestérol des tissus périphériques au foie. Son action nécessite celle de l’enzyme LCAT. Une action efficiente de cette dernière permet de réduire le risque de dysfonctions rénales et d’athérosclérose

Dans un cas, les reins ne filtrent et n’éliminent  plus correctement les déchets. Dans le second cas, c’est une plaque de lipides (graisse) qui se dépose dans les vaisseaux et les obstrue. Enfin, le cholestérol ramené au foie par HDL est éliminé par la bile.

L’athérosclérose, maladie dangereuse ?

L’athérosclérose, maladie dangereuse ?

   L’athérosclérose se caractérise par un dépôt de graisse dans la paroi interne des artères. Elle est provoquée comme vous venez de le lire par l’inaction de l’enzyme LCAT reflet de l’inaction de HDL et non du cholestérol. Les céphalées sont plus communément appelées maux de tête. L’AIT est un caillot se formant dans les artères privant temporairement le cerveau de la circulation sanguine. Or le sang apporte nutriments et oxygène.

L’AVC correspond à l’arrêt des fonctions cérébrales à cause d’une interruption soudaine de son alimentation. L’infarctus du myocarde se caractérise par une destruction partielle du muscle cardiaque (moycarde). Ceci en raison d’un caillot bloquant l’artère coronaire (alimentant le cœur). Enfin l’AOMI est une maladie des artères correspondant au blocage du sang à travers les vaisseaux dû à leur obstruction. 

Que faire pour éviter ces complications ?

Balance HDL LDL

   Tout d’abord il faut noter que tout individu est touché par des dépôts de graisses dans ses vaisseaux. Seule la balance LDL/HDL va différencier un sujet malade d’un sujet sain. Par conséquent le cholestérol n’est pas un ennemi en soi de la santé. Bien-sûr lorsque les complications sont graves, la chirurgie est là. Par exemple pour poser des stents, sorte de ressors placés dans les vaisseaux afin de maintenir le diamètre.

Par ailleurs, des processus médicamenteux permettent de lutter contre l’athérosclérose. Du fait que je ne sois ni docteur en pharmacie ni en médecine, je ne citerai aucune classe médicamenteuse pour éviter tout conflit entre prescription, recommandation et information.

Enfin, le meilleur moyen pour lutter contre l’athérosclérose est la prévention. Ceci à travers entre autre une activité physique. Ainsi, pour maintenir une bonne santé, notamment de ses vaisseaux sanguins, le sport peut paraître un remède miracle pour certains. Toutefois, notez, que c’est à titre préventif voire complémentaire lorsqu’on est déjà malade. 

Quelle est la place du sport sur le cholesterol et notre santé ?

  L’activité physique permet d’augmenter le taux de HDL dans le plasma. En effet, une étude de Da Silva et al., note entre autre une augmentation de HDL-C suite à dix-huit semaines d’entraînement aérobie en course à pied. De plus, la taille de ces lipoprotéines est plus grande ce qui est associé à une meilleure action contre l’athérosclérose.

Par ailleurs, d’autres résultats ont été obtenu, toutefois, ils ne sont pas relatés au sein de cette article puisque ce n’est pas un manuscrit de biochimie. Durant dix-huit semaines, les sujets ont suivi trois entraînements par semaine de quatre-vingt minutes dont soixante dédiées à la course. L’intensité était modérée et calibrée à l’aide d’un cardio fréquencemètre. Ceci permettait de cibler la fréquence cardiaque voulue à l’effort. Ces résultats sont très encourageants puisqu’ils mettent en exergue la possibilité de se maintenir en bonne santé ainsi que de l’améliorer en cas d’athérosclérose.

Encore une fois, le cholestérol n’est pas un ennemi de la santé. De plus, le sport n’est pas non plus un remède miracle, mais fait partie d’un tout. Ce tout regroupe hygiène de vie, alimentation, activité physique et le cas échéant, traitements médicamenteux. 

La course à pied seule activité pour maintenir ses vaisseaux en bonne santé ?

La course à pied seule activité pour maintenir ses vaisseaux en bonne santé ?

   Selon Da Silva et al., une étude s’est intéressée aux changements du taux de HDL lors d’entraînements en musculation, aucun changement notable n’a eu lieu. Toutefois ce n’est qu’une seule investigation. Pour maintenir ou améliorer sa santé via le taux de HDL, il semble préférable de s’entraîner à intensité modérée.

Concrètement, il semble efficace de pratiquer une activité aérobie telle que la course, le vélo, peut-être même la nage à une intensité correspondant au seuil ventilatoire. Ce seuil correspond à une intensité pour laquelle vous êtes en général à 55% de VO2max chez des sportifs non experts. Les préparateurs physiques et entraîneurs de disciplines aérobies ont une connaissance parfaite du sujet.

Par conséquent, placez entre leurs mains la gestion de votre activité physique pour améliorer votre santé. Ce sont des experts des réponses cardio-vasculaires à l’effort. Par le biais d’une relation entre votre médecin et votre préparateur physique, votre santé ne sera que meilleure.

Quid des sports de force ?

   Malgré l’absence (pour le moment) de données concernant autour de HDL et des sports de force, leur pratique (raisonnée) est toujours bénéfique. En effet, soulever des barres impacte le système cardio-vasculaire, d’autant plus lorsque une forte masse musculaire est mise en jeu. Toutefois, il faut veillez à la fréquence cardiaque, afin de ne pas outrepasser un certain seuil.

Ainsi, pour des personnes veillant à leur santé cardio-vasculaire, le cholestérol n’est pas un ennemi de la santé tout comme le sport n’est pas un remède miracle. Le cholestérol est essentiel aux fonctions du corps et le sport permet d’entretenir voire d’améliorer la santé cardio-vasculaire. 

Conclusion

   Comme nous l’avons vu, le cholestérol est une molécule complexe qui se forme suite à quatre grandes étapes elles-mêmes complexes. Pourquoi le corps produit-il une telle molécule si elle était délétère ? Le cholestérol est bon et essentiel. Essentiel car précurseur de diverses hormones dont les hormones sexuelles, pour la vue à travers la vitamine A qui en découle. Mais aussi indispensable pour le système immunitaire via les antioxydants : vitamines E et K. et pour les os grâce à la vitamine D3 qui permet au calcium de s’y fixer.

Ne doutez plus de ses bienfaits. En revanche, ce sont ses transporteurs qui sont problématiques : LDL et HDL. 38% de LDL dans le plasma humain contre seulement 33% pour HDL. De plus, la majorité des cellules présentent des récepteurs pour accueillir LDL. Par conséquent, le cholestérol va être stocké du foie vers des tissus périphériques.

Toutefois, HDL contrebalance puisqu’il va transporter le cholestérol périphérique au foie, dans lequel la bile va se charger de son élimination. Ainsi, c’est le taux LDL/HDL qui est problématique. Si ce taux est fortement en faveur de LDL alors des maladies peuvent survenir telles que l’athérosclérose.

Il existe des solutions

   Pour lutter contre ce phénomène d’accumulation dans les vaisseaux, l’activité physique est recommandée en prévention. La pratique de la course à intensité modérée a été démontrée comme favorisant la production de HDL ainsi qu’augmentant la taille de cette molécule. De nouvelles recherches doivent être menées pour déterminer quelles autres activités permettent l’augmentation de HDL dans le plasma.

Pour lutter contre les maladies cardio-vasculaires, la prévention est la meilleure solution. Hygiène de vie, régime alimentaire, activité physique sont les fondamentaux d’une bonne santé. Ainsi, désormais vous savez que le cholestérol n’est pas un ennemi de la santé et que le sport n’est pas non plus un remède miracle. Ils contribuent tous deux à maintenir une bonne santé et fonctionnalité du corps. 

Note de l'auteur

Le cholestérol est un sujet vaste et complexe. En ce sens j’ai passé sous silence diverses voies et réactions métaboliques dans mes explications afin de ne pas alourdir mon discours. De plus que cet article n’a pas vocation à être un cours de biochimie. En revanche, je cherche à informer le lecteur en lui donnant la possibilité de comprendre globalement comment fonctionne la machinerie. Toutefois, vous êtes libre de m’écrire si vous souhaitez des informations complémentaires si le sujet vous intéresse. 

Par ailleurs, l’aspect nutritionnel n’a pas été abordé. En effet, l’apport lipidique à travers l’alimentation contribue à l’augmentation de cholestérol plasmatique et hépatique. En cas d’hypercholestérolémie, il peut être intéressant de réduire ses apports. Toutefois, c’est à faire en collaboration avec un médecin nutritionniste. Outre, l’aspect quantitatif des lipides dans l’alimentation se pose la question du ratio des omégas 3, 6 et 9. Eveilliez votre curiosité et n’allez pas prendre les dires sur internet comme vérités absolues. Homeorhesis est un site sur lequel vous pouvez retrouver des professionnels de la nutrition. Je vous conseille de vous adresser à eux pour tous conseils et/ou questions. 

Vincent Pecou, préparateur physique

Article écrit par Vincent Pecou, préparateur physique.

Contacts


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *