Comment avoir une alimentation saine ?

Publié par Cécile Chalamet le

Comment avoir une alimentation saine ?

Comment avoir une alimentation saine ?

Comment avoir une alimentation saine ?

  Il est devenu compliqué de faire ses courses et d’avoir une alimentation saine. Une impression frustrante que « on ne peut plus rien manger » et la tentation de balayer tout d’un revers : « si on écoutait tout ce qui se dit, on ne mangerait plus rien. »

Depuis quand ?

  Si l’on prend un peu de recul, on s’aperçoit que les conseils en nutrition sont plutôt récents dans l’histoire de l’homme. Il y un siècle et demi, on mangeait ce qui était disponible, sans se poser de questions.

Ce n’est que dans les années 50 que des hypothèses ont émergé : « ces aliments donnent telle maladie, mangez plutôt cela ». Je dis bien hypothèse car ne nous leurrons pas, en nutrition il est difficile de prouver quoi que ce soit. On ne peut pas vraiment suivre les gens sur le long terme et savoir ce qu’ils mangent vraiment. Une fois qu’on établit des corrélations (exemple : ceux qui mangent davantage de sel sont plus malades) il reste à prouver la causalité (c’est le sel qui cause la maladie).

Autre différence avec aujourd’hui : la nourriture industrielle n’existait pas. On ne raffinait pas les huiles, on ne faisait pas appel au « cracking » pour décomposer un aliment, on n’ajoutait aucun additif, notre blé n’était pas modifié génétiquement, on n’utilisait aucun pesticide, on ne cueillait pas des légumes avant maturité pour les envoyer à l’autre bout du monde et on ne pasteurisait même pas le lait.

Refuser le progrès ?

  Il ne s’agit pas de refuser le progrès systématiquement et de penser que tout était mieux avant. Mais cela ne dispense pas de prendre un peu de recul. Depuis plus d’un siècle on recommande de manger comme ci ou comme ça, on essaye, on bataille, on se contredit études scientifiques à l’appui. Non seulement on ne réussit pas à diminuer le surpoids, l’obésité, le diabète, mais en plus ces maladies croient de manière inquiétante.

On pasteurise le lait, cela tue certaines enzymes et le rend indigeste. Est-ce le lait qu’il faut arrêter ? Ou commencer par privilégier les produits au lait cru ?

On élève les vaches à l’intérieur, leur faisant manger des céréales plutôt que de l’herbe pour les engraisser plus vite et à moindre coût. Est-ce la viande qu’il faut délaisser ou devons-nous revoir l’élevage ?

On modifie le blé pour le rendre plus résistant et augmenter la productivité, qui contient donc beaucoup de gluten et irrite les intestins. Devons-nous arrêter le pain ou revenir à des variétés plus anciennes ?

Parfois certaines pathologies nécessitent d’exclure tel ou tel aliment, c’est indéniable. Mais avant d’en arriver là, je crois qu’il faut toujours commencer par ce qui est logique. Manger des aliments non transformés, telle que la nature nous les offre.

En pratique ?

  Nous vivons dans l’abondance de nourriture mais paradoxalement les vrais aliments se font rares.

Le point clé est de se poser des questions sur la provenance, sur les compositions, et sur les procédés de fabrication.

Lire les étiquettes ? Scanner les codes-barres ?

Quand on y réfléchit, les vrais aliments, qui vivent et se périment, n’ont souvent ni étiquettes, ni codes-barres. C’est le cas des légumes achetés sur le marché, du fromage au lait cru affiné, de la viande achetée chez un boucher amoureux de la qualité ou de l’huile d’olive en provenance directe du producteur.

Bon appétit !

Cécile Chalamet est coach nutrition santé, fondatrice de CrescendoVita.

Retrouvez ses publications sur :

L’ Instagram CrescendoVita

La page Facebook Crescendovita

La chaîne YouTube CrescendoVita

Article écrit par Cécile ChalametCoach nutrition et santé

Contacts


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *